Logo
   Retour
Bandeau du Collectif


Le COPRA soutient ouvertement le végétarisme, lié à la défense animale

- Parce que la consommation de chair animale est totalement liée à la notion de souffrance. En effet, les transports d'animaux sur des distances importantes ou pas, ne tiennent pas compte des conditions de stress des animaux (ce qui a aussi comme conséquence que les chairs destinées à être consommées seront gorgées de toxines, qui seront directement transmises à l'homme). Que dire des conditions d'abattage, qui se passent de tout commentaire. Les usines de mort que sont les abattoirs imposent également à l'animal-produit une fin de vie qui fait frémir : animaux vivants suspendus par les pattes, membres brisés pour les contraindre à sortir des bétaillères, sévices divers distrayants pour les employés, Les poissons éprouvent aussi la souffrance même s'ils ne l'expriment pas de la même façon que les mammifères, ou que les volailles. De plus, les poissons, bien souvent sommets d'une chaîne alimentaire, concentrent toutes les pollutions ingérées par les maillons précédents. Leurs chairs sont chargées en métaux lourds et en pesticides, qui se retrouveront dans le prochain maillon de la chaîne alimentaire. Pas étonnant que des écoles alimentaires considèrent que pour des raisons de santé, la consommation de viande ou de poisson est totalement impropre à la consommation.

- Parce que la consommation de produits laitiers implique bien souvent des conditions de vie concentrationnaires pour les animaux producteurs. Le veau est enlevé à sa mère, pour être directement engraissé puis emmené à l'abattoir, et sa mère restant dans un univers de quelques mètres carrés, recouvert de béton. Sans rentrer dans des considérations nutritionnistes, le lait est actuellement considéré comme l'un des plus grands allergène. Mais les idées toutes faites persistent, consistant à faire croire qu'il est la source absolue de calcium. Savez vous qu'il en contient nettement moins que certains légumes verts, ou que les algues ?

- Parce que la consommation irraisonnée d'oeufs ne fait que cautionner le système de batterie : les poules sont élevées dans de petites cages, avec un éclairage permanent, et pondent quatre fois plus que si elles étaient libres. Elles ne peuvent pas se mouvoir, et à la fin du processus, leur corps est tellement meurtri qu'elles ne peuvent être recyclées qu'en aliments pour animaux domestiques ou qu'en bouillons (le fameux bouillon de poule !).

Nous vous invitons à consulter le site de l'association One Voice, dont les campagnes indépendantes de tout lobby alimentaire éclairent parfaitement sur les conditions de vie que notre système de production alimentaire impose aux animaux. Vous les trouverez à l'adresse :
http://www.one-voice.fr/
Vous pouvez aussi vous reporter au site WELFARM - Protection Mondiale des Animaux de Ferme (PMAF), dont la vocation est le bien-être des animaux « destinés à être consommés ».
Pour vous donner une idée de ce que peut être une cuisine exempte de souffrance, nous vous invitons à une petite visite sur le site de l'AVIS : avis.free.fr/, qui met gratuitement en ligne un recueil de 278 recettes de cuisine, ou celui d'AVEA : http://cuisinez-vegetalien.net/ deux mines d'or pour toutes les personnes s'intéressant de près ou de loin à la cuisine.

Consommer bien, c'est aussi consommer responsable. Ayons toujours à l'esprit ce que nos achats impliquent. En achetant ces produits, nous permettons de pérenniser un système de mort, de désinformation. Pendant ce temps, combien d'animaux succombent dans des cages, dans des abattoirs ? Combien d'animaux sont enfin délivrés d'une vie de souffrance par une mort salvatrice ? Est-ce cette vie que nous voulons leur offrir ? Bien sur, ce n'est pas à titre isolé que les choses vont changer. Mais vous n'êtes pas seul à penser à modifier des choix de consommation. Petit à petit, nous pouvons tous contribuer à rendre notre monde meilleur.

  Contact