Première lettre du COPRA à Sa Sainteté le Pape Jean Paul II - (octobre 2004)

 

 Retour

Très Saint Père,

Selon nos informations, Votre Sainteté reconnaît que les animaux sont capables de ressentir la douleur comme nous.

Nous avons donc songé à solliciter l'intervention de Votre Sainteté afin de mettre un terme définitif aux actions diocésaines en faveur du spectacle de torture animale cruelle qu'est la corrida et la médiatisation quasi-publicitaire de ces actions diocésaines sur l'Internet avec hébergement assuré officiellement par la Conférence des Evêques de France (C.E.F.).

Nous souhaitons aussi très vivement que l'Eglise catholique prenne enfin réellement et officiellement position contre la corrida.

Le 16 août 2004 déjà, l'un de nos sympathisants chrétien avait envoyé un courrier électronique courtois et argumenté à l'attention du président de la C.E.F. Mgr Jean-Pierre Ricard et du Père Robert Pousseur, animateur du Comité "Art-Culture et Foi" pour dénoncer cet état de choses assurément indigne d'un site officiel de l'Eglise catholique. Après plus d'un mois,   la page louant la corrida et hébergée par la C.E.F. était toujours en ligne et il avait fallu que d'autres internautes choqués envoient de nombreux messages d'indignation et de protestation pour que la publication soit récemment interrompue suite à une opération de mise à jour.

L'adresse de la première page incriminée,   rapidement accessible en suivant quelques liens à partir de la page d'accueil du site de la C.E.F. http://www.cef.fr   était la suivante :

http://arts-cultures.cef.fr/diocese/adnim02.htm (actions diocésaines Toulouse, mai 2004)

De nombreux internautes avaient pu   y consulter pendant plusieurs mois une longue page de louanges haute en couleur de la corrida, fruit de la contribution du Père ******, co-aumônier aux arènes de Nîmes qui allait jusqu'à :

- assimiler la corrida à une 'liturgie" et évoquer ses "instants de grâce",

- afficher des photos de corrida prises par un aficionado, André Viard, ancien matador,

- citer José Bergamin qui proclame en usant du superlatif, que l'art "magique" de toréer

  "c'est ce qu'il y a de mieux" !

- dédier une colonne à ce dernier, également animateur du site taurin http://www.corridas.net

Le goût du Père ****** pour la corrida n'engage peut-être que lui, mais l'hébergement de documents de propagande pour la corrida engage évidemment la C.E.F. puisqu'elle est entièrement responsable des contenus publiés via ses serveurs Internet.

Une autre page d'apologie de la corrida par le Père ****** intitulée "La fête des taureaux" a également retenu notre attention depuis longtemps :

http://www.artistes-en-dialogue.org/chair05.htm

Cette page est toujours accessible à ce jour du samedi 9 octobre 2004.

Elle s'inscrit dans la présentation des manifestations et créations sur le thème "La Chair et Dieu" , où le Père ******, après nous avoir précisé que la culture taurine était "digne de toute culture de ce nom", proclame fièrement, en se réjouissant ouvertement de l'échec des censeurs :
"Ce n'est probablement pas sans raison que depuis toujours et aujourd'hui plus que jamais, la tauromachie soit inséparable de la fête",

"La culture tauromachique reste porteuse de quelque chose de fort pour l'homme d'aujourd'hui. La fête des taureaux/toros, lieu spirituel ?   Voilà qui ne manque pas de piquant !"

Comme sur la page relatant l'action diocésaine en faveur de la corrida, un lien actif vers un site d'aficionados est fourni afin de couronner le tout :

www.fiestastaurinas.com

Le nombre (pourtant élevé) de services gratuits d'hébergement de pages personnelles sur Internet n'est-il pas suffisant pour éviter l'hébergement de pages magnifiant la corrida sur les serveurs de la Conférence des Evêques de France, site-phare de l'Eglise Catholique ?
Il semble que tout a été fait pour qu'un maximum de fidèles puissent lire les ferventes louanges du Père ****** sur la corrida et en avoir une excellente image : celle d'une pratique "digne" de la culture et en parfait accord avec la spiritualité chrétienne !

Avant de conclure ce message, Votre Sainteté nous permettra-t-elle peut-être d'exprimer notre déception ainsi que notre tristesse face à une Eglise qui :  

- exhibe sa complaisance laxiste face aux organisateurs et aux acteurs de spectacles dégradants reposant sur l'exaltation du plaisir sadique devant la torture d'êtres sensibles,

- tolère nonchalamment la présence officielle de ses ministres du culte   dans les arènes,

- ne se soucie apparemment guère qu'un important site catholique francophone consacre sciemment son espace Web à l'hébergement de pages faisant l'apologie de la torture animale organisée.

Dans une situation aussi foncièrement scandaleuse que choquante, devons-nous encore nous étonner que des catholiques respectueux de la vie se fassent un devoir moral de se distancier de l'Eglise catholique romaine ?

En remerciant par avance Votre Sainteté de bien vouloir oeuvrer pour le rétablissement d'une situation saine, digne de la foi et de la charité chrétienne, nous prions Votre Sainteté de daigner agréer l'hommage de notre plus profond respect.

 

PJ : 1. "La fête des taureaux" : réflexions du Père ****** ****** louant la corrida sur Internet.

2. Les résultats renvoyés par le moteur de recherche Google en réponse à une recherche portant simultanément sur "corrida" et " ****** " et faisant apparaître entre-autres les adresses des pages louant la corrida et dont le contenu ainsi que l'hébergement par la C.E.F. sont dénoncés dans le présent courrier.

Nota : en l'absence de réponse, une lettre de rappel a été adressée le 24 février 2005 au Vatican.


Communiqué (22/05/05) : Nous avons pu constater que la dernière page incriminée louant la corrida a apparemment été supprimée du serveur artistes-en-dialogue.org. Nous remercions les responsables d'avoir bien voulu donner bonne suite à nos sollicitations et nous remercions également toutes les personnes qui s'étaient jointes à nous pour renforcer cette action.

Mention légale : Conformément à la loi informatique et liberté vous disposez du droit d'accès, de modification et de suppression des données vous concernant. Vous pouvez l'exercer par courrier auprès du COPRA en joignant une preuve d'identité à vos coordonnées.